Bacheliers 2013, à lire avant votre examen


Le 12 Juin 2013, une date très importante pour beaucoup de bacheliers, pour certains c’est la fin d’un long trajet au lycée et le début d’une nouvelle ère : l’université, et pour d’autres c’est le jour d’un examen effrayant et redoutable…
Maintenant, quelques heures avant la première épreuve du baccalauréat il est sûr que la plupart des élèves vont stresser, on sait bien que c’est une chose normale avant tout type d’examen. Il reste à savoir quelles sont les mesures à prendre maintenant qu’il n’est plus temps de se poser des
questions philosophiques du genre « suis-je capable ? Et si je n’étais pas assez intelligent ? », Oubliez ces craintes que votre imagination vous met dans la tête à cause de la fatigue et du stress ! Voici quelques conseils pratiques pour être prêt émotionnellement et physiquement au baccalauréat :
1)  L’examen du baccalauréat est fait pour tester vos connaissances, non pas pour voir qui est géni ou « extraordinaire » !  l’épreuve du bac est posée par des professeurs du lycée et c’est eux qui savent quelles sont les questions qu’il faudra poser aux élèves, les mêmes questions du contrôle continue se répètent souvent au baccalauréat. Donc si vous entrez à l’examen en ayant dans votre esprit que c’est juste un contrôle continu, vous allez être sûrs de répondre à toutes les questions, comme dans votre classe durant l’année scolaire.
2)  Bien préparé ou pas, le moral compte toujours : vous devez arrêter immédiatement de revenir sur vos problèmes passés, vous avez déjà eu un 0/20 dans un examen au lycée ? vous avez déjà entendu un professeur vous dire que vous êtes incompétent ? vous avez déjà perdu le fil dans un contrôle continu ? oui, c’est la vie d’un lycéen normal. Avoir toutes ces mauvaises expériences aurait fait de vous maintenant un élève solide et qui est prêt à non seulement bien passer l’examen du baccalauréat, mais s’amuser aussi en le passant !
3)  Les rumeurs, c’est temps de les laisser derrière. Chaque année il y’a des rumeurs qui se répètent toujours et qui ont un effet négatif sur le moral des bacheliers : bonne nouvelle, ces rumeurs sont inventées par des personnes qui n’ont rien à voir avec cet examen, des personnes qui voient de loin qui raisonnent de façon aléatoire, le niveau de difficulté de l’épreuve du bac reste toujours le même chaque année, donc ne croyez pas ceux qui disent « cette année ça sera difficile » ils sont en train d’halluciner.
4) Pour ceux qui ont un manque sévère dans des matières et qui savent qu’ils vont refaire ces matières en session de rattrapage du bac, cette année c’est une année exceptionnelle : pour la première fois, le ministère va calculer la note finale du bac en se basant sur les meilleures notes obtenues entre la session normale et la session de rattrapages, croyez-moi : vous êtes chanceux !
5) Dormez tôt, mieux d’entrer à l’examen avec votre cerveau bien reposé que d’y entrer avec un corps épuisé de sommeil et puis de manque de concentration, n’essayez pas de rester toute la nuit à tout revoir et tout réviser, c’est déjà impossible et vous avez fait tout le travail essentiel durant les journées de préparation, une nuit de moins ou de plus ne changera pas grand-chose.

On peut dire qu’en ce moment, le stress vécu par chaque bachelier n’est qu’une manifestation de la somme d’informations qu’il a appris durant sa préparation, donc si vous avez peur ou que vous êtes inquiets c’est par ce que c’est normal pour votre corps, mais il ne faut pas en même temps en exagérer et commencer à imaginer des scénarios catastrophiques « si j’entre et j’oublie tout ? » , cette crainte existe chez beaucoup d’élèves mais ce n’est  pas comme ça que ça se passe, vous entrez à l’examen vous lisez la feuille et puis votre cerveau fait sa magie, sachant que vous avez déjà un minimum ou maximum d’informations que vous pouvez avoir.
Voici un témoignage d’un ex-bachelier qui étudie dans une école supérieure actuellement, vous raconte son histoire, et ça serait le cas pour beaucoup de vous :
« Comme chaque bachelier j’ai commencé ma préparation vers la fin de l’année, au début c’était une tâche difficile et ennuyante, sachant que je ne maitrise pas tous les cours par cœur. J’ai dû tout réviser, de la première leçon jusqu’à la dernière dans toutes les matières, je n’ai pas pu tout finir vers la fin de la période de préparation, et une journée avant le national j’avais toutes sortes de craintes du genre « ça va être difficile, je ne suis pas assez intelligent, j’avais juste de la chance durant l’année scolaire, cette année l’examen peut être difficile… », Ça pesait vraiment sur mon esprit et j’étais frustré à cause des idées négatives que j’avais. Mais le lendemain je me suis réveillé le matin et je me suis dit « je passais des examens depuis mon enfance, et je ne dois pas être effrayé à cause de ces 3 jours pour lesquels je me suis préparé depuis des jours ! » , et oui j’ai pensé que c’est le moment de reprendre le courage et aller répondre aux questions, quelle que soit leur difficulté, j’ai déjà une idée sur toutes les leçons donc rien ne peut me stopper.  Et oui, j’ai gardé mon moral haut, et avant chaque épreuve je me dis « j’attendrais le jour des résultats où je serais parmi ceux qui auront leur bac », les 3 jours d’épreuves se sont passées plus vite que j’imaginais, et j’ai commencé mes vacances, le jour des résultats j’ai eu ma bonne nouvelle : mon baccalauréat à mention très bien ! En bref, cette mention est due beaucoup plus à ma préparation morale, même tardive, qu’à ma préparation mentale et pédagogique. Ayez-vous aussi le courage d’être excellents, par ce qu’on est tous excellents il suffit juste d’y croire pour que ça soit traduit en une très bonne note dans votre baccalauréat. »

Bonne chance à vous tous !